Partenariats public privé pour promouvoir les exportations de gingembre

Slideshow or image 
Date de début 
07/06/2012
Date de fin 
06/09/2015

Partenariats public privé pour promouvoir les exportations de gingembre


Ce projet avait pour but d'accroître les revenus des ménages producteurs de gingembre dans l'est du Népal en améliorant la qualité du gingembre, en renforçant la capacité de respecter les prescriptions SPS et en améliorant l'accès aux marchés. Il prévoyait une série d'interventions basées sur une approche de la chaîne de valeur. Les parties prenantes des secteurs public et privé y ont participé activement, y compris les cultivateurs, ramasseurs, négociants et coopératives de gingembre ainsi que les associations de producteurs et de négociants, les administrations locales chargées de la vulgarisation et de la formation et les départements de l'administration centrale chargés de faire la preuve du respect des prescriptions SPS imposées par les partenaires commerciaux.

Les résultats du projet peuvent être consultés ici.

Contexte 
La Stratégie nationale d'intégration du commerce de 2010 mentionnait la chaîne de valeur du gingembre comme priorité pour le commerce et la réduction de la pauvreté. Le gingembre est cultivé par un grand nombre de petits exploitants pauvres, dont de nombreux ménages dirigés par des femmes et des personnes qui n'ont guère d'autres possibilités de revenu. Avant le projet, la majeure partie du gingembre produit dans l'est du Népal était de qualité médiocre. Les cultivateurs subissaient aussi des pertes importantes dues à une maladie appelée pourriture du rhizome, une infection fongique qui répand de la pourriture dans la graine du rhizome, entraînant une destruction complète du plant et s'étendant souvent à l'ensemble de la culture.

Le projet a été élaboré grâce à un don pour l'élaboration de projets du STDF, dans le cadre duquel les participants des secteurs public et privé ont pris part à un atelier de formation sur la conception de projets organisé par le STDF et le Cadre intégré renforcé (CIR) (Katmandou, mars 2011). Il était cofinancé par le STDF et le CIR. L'élément STDF portait sur le renforcement des capacités SPS, l'analyse des prescriptions SPS sur les marchés existants et potentiels et le soutien aux aspects réglementaires des mesures SPS. L'élément CIR portait sur la construction et le lancement d'une installation de lavage du gingembre, ainsi que sur la fourniture de matériel, de rhizomes de gingembre de grande qualité et d'intrants agricoles.

Ce projet est un bon exemple de l'approche public privé du développement des chaînes de valeur. L'Association népalaise des producteurs de gingembre et des négociants en gingembre (NGTPA) a fourni le terrain pour l'installation de lavage du gingembre, qui est exploitée par une entreprise privée sous la supervision du gouvernement et de la NGPTA. Les parties prenantes des secteurs public et privé – notamment le Département de la technologie alimentaire et du contrôle de la qualité (DFTQC) et l'Organisation nationale de protection des végétaux au Ministère du développement agricole, l'Agro Enterprise Centre (AEC) de la Fédération des chambres de commerce et d'industrie népalaises (NFCCI) et le Ministère du commerce et des approvisionnements – ont pris une part active au projet.
Résultats 
Amélioration des connaissances et des compétences des producteurs de gingembre et autres intervenants de la chaîne de valeur

Le projet a amélioré les connaissances et les compétences relatives aux bonnes pratiques agricoles (BPA), aux manipulations après récolte pour le gingembre et aux autres techniques qui améliorent la sécurité sanitaire et la qualité. Des matériels de formation sur mesure ont été élaborés et diffusés aux agriculteurs pour renforcer l'assimilation des connaissances et des compétences. Près de 2 000 agriculteurs (dont 60% de femmes) ont été formés. Depuis la mise en œuvre du projet, les pertes après récolte ont baissé de 30%. Les agriculteurs ont vu leurs revenus progresser de plus de 60%.

Des maîtres formateurs du secteur privé et de la fonction publique ont été formés pour diffuser des connaissances et des compétences aux agriculteurs, sur la base de l'approche champs écoles des producteurs (CEP) de la FAO. Cela a contribué à améliorer les connaissances et les compétences des agriculteurs concernant la gestion des maladies et des parasites, la production et la gestion des semences, la manipulation après récolte et les bonnes techniques d'entreposage, la tenue de registres agricoles, la gestion des stocks agricoles et la mise en place d'une certification de produits innovante sur une base collective pour favoriser la traçabilité. Cinquante neuf agriculteurs facilitateurs ont été formés pour dispenser une formation, et 54 CEP ont été mis en place pendant la durée du projet. Les agriculteurs formés ont eux mêmes dispensé une formation complémentaire sur le terrain aux autres agriculteurs de leur district. La majorité des CEP mis en place dans le cadre du projet ont continué de fonctionner pendant la saison du gingembre après la fin du projet.

Des parcelles de démonstration ont été créées afin de permettre aux agriculteurs participants d'apprendre les bonnes pratiques de culture du gingembre et d'en constater les résultats. Les essais sur le terrain effectués dans le cadre des CEP ont montré les avantages offerts par l'utilisation de technologies et de pratiques nouvelles pour produire des rhizomes de gingembre de bonne qualité et de grande taille, lutter plus efficacement contre les parasites et les maladies, augmenter la production et réduire le coût des semences.

Les agriculteurs notent désormais dans des registres les renseignements importants concernant leur production et leur récolte de gingembre, et un nouveau système a été institutionnalisé pour établir des certificats de groupe à l'issue d'inspections régulières des pratiques agricoles individuelles par un sous comité technique supervisé par le Bureau de district pour le développement de l'agriculture. Grâce à leur participation aux CEP, les agriculteurs sont désormais capables d'identifier les maladies et les parasites et de comprendre ce qu'ils peuvent faire pour gérer plus efficacement leurs cultures de gingembre. Ils considèrent désormais le gingembre comme une bonne culture de rapport. Ils sont capables d'appliquer en confiance de bonnes pratiques pour produire du gingembre et lutter efficacement contre les parasites et les maladies.

Le projet a également formé d'autres intervenants de la chaîne de valeur du gingembre, dont 81 négociants formés à la manipulation et au transport sans risque du gingembre.

Une nouvelle installation de lavage du gingembre construite et opérationnelle

Une nouvelle installation de lavage du gingembre a été construite et mise en fonctionnement à Jhapa, dans l'est du Népal, avec une capacité de lavage de 6 tonnes de gingembre de qualité export par heure. Cette installation a permis d'accroître d'environ 20% à 30% la capacité de production du Népal, ce qui constitue une base pour l'augmentation future des volumes exportés. En 2017, la NGPTA a mobilisé un soutien additionnel du Danemark pour porter la capacité de lavage à 18 tonnes par heure et construire une route revêtue.

L'installation a été construite sur un terrain fourni par la NGPTA, à l'issue d'un appel d'offres ouvert. Les impacts environnementaux de la construction et de l'exploitation de l'installation ont été examinés. Un plan d'entreprise a été élaboré pour préciser la finalité et l'orientation de l'installation et analyser différents scénarios en vue d'assurer son succès et sa croissance future. Il constitue pour l'avenir un outil de gestion essentiel destiné à faire en sorte que l'entreprise soit sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs et ses grandes étapes opérationnelles.

La nouvelle installation de lavage est la première de ce genre dans l'est du Népal. Les bénéfices qu'elle réalise sont déposés dans un fonds d'affectation spéciale qui sera utilisé au profit des cultivateurs de gingembre et d'autres acteurs de la chaîne de valeur dans les districts du projet ainsi que pour l'entretien de l'installation.

Cette installation dessert aussi jusqu'à 8 000 ménages et a permis la création de 200 emplois saisonniers. Plusieurs entreprises l'utilisent pour laver leur gingembre pendant la saison de récolte. Par exemple, Ilam Ginger Export y a lavé jusqu'à 42 camions pendant la saison du gingembre de 2018, ce qui lui a permis d'accroître ses exportations de gingembre frais vers l'Inde.

Création et renforcement des organisations d'agriculteurs

Les CEP ont entraîné la création de nouveaux groupements d'agriculteurs, dont plusieurs sont devenus membres de la NGPTA. Le développement des coopératives locales a constitué une incitation supplémentaire pour exploiter la réussite du projet en vue de promouvoir la coopération entre les agriculteurs et de partager les connaissances et les bonnes pratiques de façon à poursuivre le développement de la chaîne de valeur. Le projet a renforcé la capacité de la NGPTA d'agir en tant qu'association professionnelle pour défendre les intérêts des producteurs de gingembre et des négociants en gingembre. De nouvelles sections de district de la NGPTA ont été créées dans l'est du Népal, et le nombre de membres a augmenté. La NGPTA a aussi ouvert un nouveau bureau central à Katmandou.

Accès plus large à des rhizomes de gingembre de grande qualité

Des rhizomes de gingembre de meilleure qualité ont été achetés pour permettre aux CEP d'améliorer la qualité de la production. La majeure partie du gingembre récolté par les CEP a été entreposée pour que les CEP et les agriculteurs participants puissent s'en servir comme semences la saison suivante. Une partie de la récolte a également été remise aux CEP nouvellement créés ou à d'autres agriculteurs qui ne participent pas aux CEP. Comme il n'y avait pas jusque là d'approvisionnement en semences de qualité pour le gingembre dans l'est du Népal, le projet a apporté une contribution importante qui a permis de mettre en place et d'alimenter un approvisionnement local en semences de gingembre de grande qualité, ce qui sera important pour soutenir la poursuite de la croissance de la chaîne de valeur. Des parcelles de démonstration sont devenues des centres de ressources en semences qui donnent accès à du matériel végétal de qualité supérieure.

Meilleure compréhension des prescriptions SPS pour le gingembre sur les marchés régionaux et internationaux

Des études ont été effectuées pour identifier et analyser les marchés existants et potentiels pour le gingembre népalais frais et transformé, ainsi que les prescriptions SPS. Une étude commandée par la FAO et réalisée par le Réseau asiatique pour l'agriculture durable et les bioressources (ANSAB) portait sur les débouchés et les prescriptions SPS en Inde et au Bangladesh. Trois études complémentaires, réalisées dans le cadre du Programme Samarth de développement des marchés du Népal (NMDP), portaient sur les débouchés du gingembre népalais et des produits dérivés au Japon, dans les Émirats arabes unis et aux Pays Bas. Sur la base d'une analyse complète des principaux marchés d'importation, y compris leurs prescriptions phytosanitaires et les prescriptions relatives à la sécurité sanitaire des produits alimentaires, ces études offrent des recommandations utiles pour développer encore la chaîne de valeur du gingembre, y compris grâce à la production de nouveaux produits (par exemple, les oléorésines, le gingembre déshydraté, la pâte de gingembre, la poudre de gingembre, le gingembre en tranches, le gingembre confit, la bière au gingembre, etc.) et à leur exportation vers de nouveaux marchés dans la région et au delà.

Amélioration de la capacité du gouvernement népalais de négocier et de démontrer la conformité avec les prescriptions SPS fixées par les partenaires commerciaux en ce qui concerne les produits importés

Le projet a facilité le dialogue entre les autorités népalaises et leurs homologues indiens au sujet des prescriptions SPS applicables aux exportations de gingembre frais vers l'Inde. Des fonctionnaires de l'Organisation nationale de protection des végétaux, du Ministère du développement agricole et du Ministère du commerce et des approvisionnements du Népal ont rencontré leurs homologues indiens à New Delhi en février 2015 pour discuter des questions phytosanitaires et d'autres questions commerciales relatives à l'exportation de gingembre frais vers l'Inde et des moyens d'y répondre. Une réunion de suivi organisée au Népal a permis aux fonctionnaires indiens de visiter l'installation de lavage du gingembre, d'observer les mesures améliorées mises en œuvre pour assurer la sécurité sanitaire et la qualité de la production de gingembre et de visiter les installations de contrôle de la phytoquarantaine. L'ONPV indienne a proposé d'apporter un soutien technique aux services de phytoquarantaine népalais sur demande. Grâce à ces efforts, le gingembre frais est désormais exporté vers l'Inde et le Bangladesh.
Recommandations 
Diffuser plus largement les matériels de formation

Veiller à l'amélioration des connaissances et des compétences tout au long de la chaîne de valeur est essentiel pour assurer la pérennité des résultats de ce projet. Le gouvernement, la NGPTA et les ONG sont encouragés à diffuser plus largement les matériels de formation. Il existe différentes possibilités de partager ces matériels à l'échelle nationale.

Moderniser l'installation de lavage et étudier des possibilités de valeur ajoutée

Le fait de moderniser encore l'installation et d'intégrer d'autres fonctions pour ajouter de la valeur au gingembre apportera des avantages supplémentaires aux intervenants de la chaîne de valeur. Il est prévu d'implanter du matériel de transformation tel que des machines à fabriquer de la pâte et de la poudre et des séchoirs pour produire du gingembre déshydraté. Il est probable que la transformation du gingembre en de nouveaux produits créera des emplois et soutiendra le développement économique dans l'est du Népal. Les recommandations élaborées grâce aux études de marché peuvent être très bénéfiques pour développer encore la chaîne de valeur du gingembre.

Mobiliser des ressources au moyen de partenariats public privé

La poursuite du développement des partenariats public privé aidera à pérenniser la réussite de ce projet. Après la fin du projet, le Danemark a fourni des fonds de contrepartie pour du nouveau matériel. Le gouvernement et les autres donateurs sont encouragés à envisager un soutien supplémentaire pour améliorer encore l'installation de lavage.
PDF PDF
Reference Number 
STDF/PG/329
Status 
Terminé
Valeur du projet (US$) 
1,262,144
Contribution STDF (US $)  
462,144
Bénéficiaires 
Népal
Entités de mise en œuvre 
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)
Organismes associés 
Agro-Enterprise Centre, Nepal
Federation of Nepalese Chamber of Commerce and Industry, Nepal
Ministry of Agriculture and Livestock Development, Nepal
Ministry of Commerce and Supplies, Nepal
Cadre intégré renforcé (CIR)