Programme régional sur la sécurité sanitaire des produits destinés à l'alimentation humaine et animale

Slideshow or image 
STDF/PG/345
Date de début 
15/02/2014
Date de fin 
14/02/2018

Programme régional sur la sécurité sanitaire des produits destinés à l'alimentation humaine et animale

Contribuer à l'harmonisation de la réglementation, à la sécurité sanitaire des aliments pour animaux et à l'intégration régionale; faire en sorte que les acteurs publics et privés participants disposent de stratégies de coopération public privé fondées sur les recommandations des organismes internationaux compétents.

Le but est qu'à la fin du projet les acteurs publics (organismes de réglementation, services vétérinaires, organes chargés de l'agriculture et de la sécurité sanitaire des produits alimentaires) et les acteurs privés du secteur de l'alimentation animale aient des stratégies de coopération public privé consolidées et institutionnalisées, qui leur permettent de continuer à progresser pour l'harmonisation de la réglementation et le renforcement des capacités et des institutions, afin de promouvoir la sécurité sanitaire des produits alimentaires et la durabilité de la chaîne de production, ainsi que l'intégration dans la région et dans le monde, de manière à favoriser le commerce des pays d'Amérique latine.

Les travaux conjoints des acteurs publics et privés, soutenus au plan technique par les organisations internationales, permettront d'atteindre cet objectif, mais toujours en intégrant le rôle irremplaçable des organismes officiels de réglementation dans ce processus.

Regardez le site web du projet ici.

Contexte 

D'après les données publiées par FEEDLATINA, en 2013 les pays d'Amérique latine représentaient 17% de la production mondiale d'aliments pour animaux, avec 141 347 millions de tonnes. Ces aliments sont un facteur important du point de vue zootechnique, mais ils sont aussi l'élément principal du coût de production des protéines animales.

Le secteur des aliments pour animaux est très dynamique pour ce qui est du commerce extérieur: il dépend de gros volumes de micro ingrédients – principalement des additifs produits dans l'industrie chimique fine en Europe, en Chine et aux États Unis – et il représente des échanges commerciaux importants entre les pays de la région (principalement céréales, graines oléagineuses, prémélanges, minéraux, vitamines, aminoacides, farines végétales et animales, aliments complets et nourriture pour animaux domestiques). Les céréales et les graines oléagineuses représentent jusqu'à 70% de la composition des aliments pour animaux.

Pour approfondir l'intégration commerciale régionale dans le secteur de l'alimentation animale, il faut encore réduire les obstacles tarifaires et non tarifaires, en particulier pour ce qui est des mesures sanitaires et phytosanitaires et des procédures douanières.

La démarche proactive de la branche de production et l'harmonisation de la réglementation sont des éléments clés. Le projet y contribuera grâce à la mise en œuvre de bonnes pratiques de fabrication, allant de la production d'intrants pour l'agriculture, l'alimentation animale et l'industrie agroalimentaire, à l'entreposage dans des centres de distribution et à la vente au détail. Le défi est de maintenir les contrôles, la qualité et la traçabilité tout au long de la chaîne, y compris en assurant le traitement et la manipulation corrects des aliments.

Résultats attendus 

Développement de mécanismes de coordination et de liens entre les acteurs publics et privés du secteur de l'alimentation animale

Il est nécessaire d'établir des mécanismes de coordination et des liens qui permettent de consolider et d'institutionnaliser les stratégies de coopération public privé en matière d'alimentation animale. Pour cela, on cherchera à consolider et à officialiser un réseau professionnel, technique, scientifique, de communication et de diffusion, constitué d'acteurs publics et privés et d'organisations nationales et internationales intervenant dans le secteur de l'alimentation animale, ainsi qu'à développer des mécanismes de coopération et d'échange entre toutes ces parties prenantes.

Élaboration et validation par les parties prenantes d'outils pour promouvoir l'équivalence/l'harmonisation réglementaire

Il est prévu d'élaborer et de valider sur un mode participatif des outils pour l'équivalence/l'harmonisation de la réglementation, qui sont nécessaires en vue de consolider et d'institutionnaliser des stratégies de coopération public privé en matière d'alimentation animale et d'intégration technique et commerciale intra et interrégionale.

Parvenir à l'équivalence et à l'harmonisation de la réglementation des pays participants peut sembler complexe, mais l'un des volets du projet – l'analyse comparative des cadres réglementaires nationaux existants – permettra de compiler les instruments réglementaires officiels en vigueur et de voir, par exemple, s'il y a des chevauchements, s'il faut prévoir des dérogations, et quels modèles de procédures et d'instruments réglementaires pourraient être adoptés pour optimiser l'exécution et la mise en œuvre s'agissant du temps, des ressources et des résultats. Cette démarche favorisera l'intégration et les échanges au niveau régional.

Renforcement des capacités techniques des acteurs publics et privés du secteur de l'alimentation animale dans la région

Parallèlement, il est nécessaire de renforcer les capacités des acteurs publics et privés pour consolider et institutionnaliser des stratégies de coopération public privé en matière d'alimentation animale qui soient liées aux aspects réglementaires et techniques, à la sécurité sanitaire des produits alimentaires et à l'intégration régionale.

À cet égard, la participation des organisations internationales – FAO, OIE et IICA – qui soutiennent le projet est fondamentale, d'autant plus que c'est sur leurs recommandations techniques que seront fondées les activités de renforcement des capacités ainsi que de vulgarisation et de communication. On utilisera également des recommandations techniques d'autres organisations internationales et intergouvernementales ne qui ne participent pas au projet mais qui ont une renommée mondiale en la matière.

Documents 
Fichier attachéTaille
PDF icon STDF/PG/345 - Project Application Form (Jan-14)1.95 Mo
PDF PDF
Reference Number 
STDF/PG/345
Status 
En cours
Valeur du projet (US$) 
2,482,956
Contribution STDF (US $)  
1,050,566
Bénéficiaires 
Argentine
Bolivie
Brésil
Chili
Colombie
Costa Rica
Cuba
Équateur
Mexique
République dominicaine
Panama
Paraguay
Pérou
Uruguay
Entités de mise en œuvre 
Asociación de las Industrias de Alimentación Animal de América Latina y Caribe (FEEDLATINA)
Organismes associés 
Associations de producteurs des pays bénéficiaires
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)
Institut interaméricain de coopération pour l'agriculture (IICA)
Institutions officielles de régulation des pays bénéficiaires
Organisation mondiale de la santé animale (OIE)